nizzagirl - blog mode, blog beauté, site féminin

De la mode mais pas que...

mercredi 23 juillet 2014

CES ESPADRILLES SONT FAITES POUR RÊVER (The Old House)

the_old_house1

Je fais partie de la team espadrilles. Et même de la team Birk. Je ne porte plus du tout de tongs depuis deux ans, j'aime plus.

Je porte des espadrilles achetées sur les marchés, les bazars, j'ai fait tout New-York avec des Arsène. L'espadrille, si on pouvait la porter en version fourrée en hiver, ce serait ma chaussure 365 jours par an. 

Je suis tombée sur ces modèles The Old House, fabriqués artisanalement en Espagne, dans des matériaux recyclés et biodégradables.

the_old_house4

the_old_house2

the_old_house3

La créatrice, Bibi van der Velden, designer de bijoux à la base et originaire d'Amsterdam, a embarqué ses deux frères, Gugi et James dans l'aventure de l'espadrille chic et décalée. J'aime, j'adore, même si les prix sont un peu Ouch! ma CB.

Espadrilles The Old House, c'est ici.

the_old_house5

Posté par nizzagirl_nadia à 14:00 - Accessoires//Indispensables - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 10 juillet 2014

ROSEANNA d'hiver (et de saison)

R

Je pensais que c'était trop tôt et pas du tout sympa de montrer du look d'hiver en plein mois de juillet, mais la météo de ces 3 derniers jours m'a fait changé d'avis, bizarrement.

Par ce joli temps de novembre donc, ici à Paris, voici mes silhouettes préférées de la collection Automne-Hiver 14/15 Roseanna : teddy léo, vestes folles et de peau retournée, longues robes, prince de Galles, sweats précieux, tartan, mix de matières et d'imprimés, les codes masculin/féminin Roseanna tombent juste, comme d'habitude. Sans surprise on aime tout, on veut que l'hiver arrive - ah pardon, il est déjà là - on veut bien renoncer à nos vacances à Ibiza. Ah mince, j'y vais pas.

Roseanna, la nouvelle collection, c'est ici

R6

ok4

ok

ok2

ok3

R3

R4

R10

R5

R7

R8

R9

Posté par nizzagirl_nadia à 10:00 - Lookbook - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 8 juillet 2014

LE PREMIER TATTOO (et mon idée sur la question)

tattoo

Mon premier tattoo aura deux mois la semaine prochaine. Je n'ai même pas besoin de consulter mon agenda pour vérifier la date, je sais et me souviendrai toujours que je me suis fait graver un petit coeur dans la peau le samedi 17 mai 2014, à Williamsburg, Brooklyn, dans l'état de New-York.

Cela fait quelques années maintenant que je savais que je me ferai tatouer. On ne va pas se mentir, évidemment que la démocratisation du tatouage m'a fait sauter le pas, mais je ne me suis jamais vraiment demandé ce que je me ferais tatouer, je n'ai jamais considéré que mon tatouage répondrait à une mode. Je n'avais qu'à puiser dans ma culture, mon univers pour savoir quel dessin, symbole, mots m'accompagneraient et l'esthétique n'arrivait qu'en dernière position des contraintes à respecter. Je voulais deux tattoos pour commencer : un mot, et une hamsa. La hamsa, je vous l'accorde, ce n'est pas très original, mais on ne choisit pas un dessin en fonction des autres mais de ce qui nous parle, et une hamsa, c'est moi.

Donc je savais ce que je voulais, mais je n'avais pas trouvé le tatoueur. J'ai cherché, un peu, mais comme pour beaucoup de choses importantes dans ma vie, je me suis laissée porter. Et j'ai trouvé le tatoueur. Aux anges, j'ai appelé, le premier rendez-vous pour discuter de l'élaboration du draft a été fixé... à deux semaines plus tard. Quand on connait mon absence de patiente, on sait que là, déjà, je suis un peu saoulée. Mais bon, je sors de ce rendez-vous transportée, avec un autre rendez-vous pour dans... trois semaines. Là, je ne vous le cache pas, même si ce sont les délais d'un bon tatoueur parisien, je le sais, je suis archi saoulée. Mais qu'importe, c'est le process normal, jouons le jeu.

Lors de ce premier rendez-vous donc, je briefe le tatoueur, il me donne son avis sur mes idées de départ, on choisit ensemble l'emplacement de l'un des deux tattoos. Je pars sans croquis, je ne les verrai que le jour J, et avec une liste de recommandations :

- ne pas prendre d'aspirine dans les 24h précédent le tatouage/ne pas être à jeun/prévoir une collation pour après.

Là, en fait, j'ai l'impression de prendre rendez-vous pour une intervention chirurgicale, et je crois aussi que c'est à ce moment que j'ai commencé à décrocher. J'ai annulé mon rendez-vous 72h avant, avec la ferme intention de le caler à nouveau très vite, mais le coeur n'y était plus. J'avais l'impression que seul l'aspect esthétique comptait, tout était beaucoup trop froid pour moi,ça ne me ressemblait tout simplement pas.

ça, c'était en février.

Trois mois après, je pars avec deux amours de copines pour New-York. Cela faisait des semaines que l'on comptait les jours, on partait fêter un anniversaire, ce voyage était important. Nous sommes arrivées dans la nuit du 16 eu 17 mai, après 23h de voyage, le Paris>New-York le plus long de l'histoire du Paris>New-York sans doute. A l'arrivée à la Guardia,  je sanglote assise par terre devant le tapis à bagages tellement je suis à bout. Je me leve le lendemain avec la tête d'une meuf qui s'est fait mettre un coup de boule par un boeing, mais je suis à New-York City baby, TOUT VA BIEN. Avec les copines on sort découvrir notre quartier en plein Williamsburg. Il fait beau, on admire chaque coin de rue, on traverse un marché bio, on se pose pour déjeuner, on est bien. Deux heures plus tard, nous passons devant un tatoueur, on se regarde, on décide très vite, en quatre secondes, de partager cette expérience ensemble. Mes amies ont déjà plusieurs tattoos, ça me rassure de sauter le pas avec elles.

Je détaille cette journée parce que ce tattoo est le souvenir de ces moments. De pourquoi nous sommes parties ensemble, pourquoi à New-York, pourquoi toutes les trois. Ce petit coeur, que je me serais fait faire de toute façon et exactement à cet endroit, raconte cette journée et ce moment. On ne nous a pas accueilli avec un "revenez dans quelques jours", on nous a demandé ce que l'on voulait, on nous a chacune attribué un tatoueur et c'était fait. Que ce soit beau ou pas n'est jamais entré en ligne de compte pour moi, même si j'ai su exactement ce que je voulais, un petit coeur comme griffonné à la va-vite et légèrement boldé par endroits. Je vous passe les détails de la scène où j'enlève mon bras dès que le tatoueur se penche sur moi, hein. Je suis chochotte et je n'arrivais pas à évaluer le niveau de douleur à laquelle il fallait que je m'attende. En réalité, l'emplacement est idéal pour une première expérience, je n'ai pas eu vraiment mal. Et puis ça a duré dans les 22 secondes.

tattoo2

La moral de l'histoire, c'est que cela faisait des années que je savais ce que je voulais, que j'ai suivi à la lettre le parcours du combattant du tattoo à Paris mais que je suis finalement 1000 fois plus heureuse d'avoir sauté le pas sans réfléchir plus de 4 secondes à quoi et où.

Cette expérience est, par définition, personnelle mais je vais quand même dresser une petite liste de recommandations :

  • evidemment qu'il faut chercher des inspirations mais vous n'êtes pas en train de choisir un papier peint. Un tattoo doit raconter une histoire. Une petite ou une grande, on s'en fout, et même que cela ne regarde que vous. On se fait une planche sur Pinterest - la mienne est ici - mais on reste cool sur la reproduction au micron près du modèle de ses rêves.
  • l'esthétique ne doit pas être votre premier critère, ce n'est pas du nail art, ni une compèt'. Attention, cela ne veut pas dire faire n'importe quoi mais plutôt se poser la question du pourquoi. 
  • un tatouage, ça bouge, et c'est votre peau qui décide jusqu'à quel point. Et c'est ça qui fait que c'est beau, que l'on a un modèle unique, façonné par nous, à 100%.
  • le premier rendez-vous ne vous engage à rien, donc allez-y tranquillement. Vous aurez toujours le choix de sauter le pas. Ou pas.
  • on n'hésite pas à annuler un rdv, même une heure avant. ça va pas plaire à tout le monde, mais si vous hésitez, A-NNU-LEZ.
  • et sinon, il y a une mode qui me gonfle en ce moment à Paris, c'est à qui aura son tattoo du tatoueur hype du moment. Le tatoueur est devenu une star, il ne raconte pas votre histoire, il dédicace son oeuvre dans votre chair. Weirdy. Flippant. Brrrrrrrrrrrrrrrrrrr. J'attends le moment où certains vont les signer. Et là on aura atteint le summum de la connerie. (quoi qu'après summum, y'a toujours un étage)

Ah, j'oubliais, j'en ai fait faire un deuxième une semaine plus tard, toujours au même studio de Williamsburg et cette fois-ci c'était un cadeau d'anniversaire. Il est tout simple, et il a une valeur immense pour moi. Et son sens réel échappe à la plupart des personnes qui le voient, et j'adore ça. J'en ai au moins trois autres en attente, je suis très impatiente de les avoir tous sur moi, j'ai des tas et des tas d'idées.

PS : mon tattoo coeur est visible partout sur mon Instagram.

Posté par nizzagirl_nadia à 09:00 - Humeurs - Commentaires [5] - Permalien [#]


Fin »
720 x 300-FR