nizzagirl - blog mode, blog beauté, site féminin

De la mode mais pas que...

lundi 16 janvier 2006

C’est dur la vie quand même…

elle
J’achète à peu près tout ce qui se fait en presse féminine : Cosmo, Biba, Vogue, Jalouse, Glamour, Marie-Claire…tout, je lis tout. Et je me marre surtout lorsque je compare la vie rêvée telle que ces magazines nous la livrent, et nos vies à toutes, la vraie donc. Parce que celle dont la vie ressemble un tout petit peu à une journée-type décrite dans mes chers magazines est mon héroïne absolue ! Compilons les tuyaux miracles refilés à longueurs de pages, et voilà ce que cela donne :
D’abord, ça commence par un réveil en douceur, avec le soleil perçant les volets de rayons chauds et lumineux : toutes les nanas qui écrivent dans ces canards vivent à Paris, mais elles se réveillent à quelle heure au juste ? Parce que moi quand je me lève, il fait nuit noire, et quand le soleil apparaît, c’est que c’est LA journée ensoleillée du trimestre.
Bon, on continue…Nous nous étirons comme un chat, donc de la racine des cheveux jusqu’à la pointe des orteils, dans notre nuisette en cachemire 52 fils, on se lève dans notre chambre immaculée où absolument rien ne vient désordonner ce havre de repos et de sommeil enchanteur. On file dans la cuisine où l’on se presse un citron que l’on mélange à de l’eau tiède (pas chaude) pour nettoyer l’organisme de toute impureté mal venue dans cet océan de bien–être qu’est notre vie purement enchanteresse… Ensuite on boit l’eau dans laquelle trois pruneaux ont macéré (pour le transit, super sexy comme info)) toute la nuit, parce que la veille on aura pensé à les préparer, évidemment.
Après avoir bien nettoyé tout notre appareil digestif de fond en comble (on n’est absolument pas en retard, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…), nous nous adonnons à quelques exercices dérivés du yoga mais beaucoup plus en accord avec notre hype-snob-attitude. Bien sûr on n’a pas oublié d’enfiler notre tenue ultra-confortable, réconfortante, en totale en symbiose avec notre peau, nos sensations, c’est le mariage absolu de la peau et de la fibre remarquable.
Totalement ré-energisées, nous nous dirigeons vers la salle de bain, ou plutôt notre spa privatif, où nous allons nous adonner à des rituels tous plus utiles les uns que les autres, tel que le bain de vapeur facial désincrustant-déridant-repulpant-resmilant avec des produits néo-bio-végéto-chéro, pour finaliser ensuite avec l’application d’un scrub, d’une crème, d’un lait et d’une lotion sur l’intégralité de notre corps aussi pur que celui d’une déesse new-age.
Et surtout, SURTOUT, nous n’avons pas oublié d’illuminer ces premiers instants de notre journée avec des bougies, disposées ici et là, pour laisser notre pensée vagabonder à l’unisson de ces effluves merveilleux…
Sorties de notre antre planante, nous voici devant le choix (cornélien) de notre tenue vestimentaire : une jupe Marc Jacob et son top ou l’adorable petit tailleur Marni offert par notre chéri, juste comme ça, parce que ça lui faisait plaisir.
Fin prêtes, nous pouvons affronter la vie trépidante qui s’offre à nous (nous gaver de sushis art déco, nous goinfrer de pelouse importée, tenter l’épilation des sourcils au fil par une danseuse-contorsionniste balinaise, goûter le dernier macaron cactus-pissenlit), récupérer notre Spy de Fendi (quoi, vous ne l’avez pas encore en douze exemplaires ?) qui attend sagement dans l’entrée sur le cabriolet Starck que nous possédons en trois couleurs.
Arrivées à ce stade, nous sommes bien d’accord, il est déjà midi, et nous, dans notre vraie vie, on est au boulot, on commence a avoir sérieusement faim (puisque on n’a même pas eu le temps d’atteindre la cuisine dans notre course folle habituelle du matin), on rêve de choses grasses et nourrissante, on a déjà fait une descente à la machine à mars-nuts-sneakers, notre maquillage est en train de se faire la malle, on est habillée comme on a pu parce que notre jean préféré était introuvable, notre pull adoré au press’ et l’exercice physique majeur de la journée aura été de courir après le métro.
En sortant du bureau dans le froid et juste un peu crevées, on achète notre magazine-doudou préféré, parce que quand même, c’est beau de rêver !…
PS : Alors, attention, nous allons toutes pleurer un bon coup, cette semaine ELLE dévoile la dure vie des top models !…

Posté par nizzagirl_nadia à 15:19 - Humeurs - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur C’est dur la vie quand même…

    Fais comme moi
    lit VTT mag ou bien spider man
    tu verras tu vas bcp moins déprimer
    (enfin encore que vtt mag c'est moyen niveaux test et ils racontent bcp de conneries)

    Bao

    Juan

    Posté par juan, mercredi 25 janvier 2006 à 13:32 | | Répondre
  • T'es gentil, mais j'aime bien lire des trucs qui m'intéresse un chouia...Déjà que je tolère des mags de F1 dans mon salon!

    Posté par Nadia, mercredi 25 janvier 2006 à 14:22 | | Répondre
  • Je suis d'accord avec toi, les magazines sont complètement à côté de la réalité...HEUREUSEMENT les bloggeurs sont là pour rétablir la vérité (lol).
    Trève de plaisanterie, ton billet est vraiment intéressant et très bien écris. Je ne te connaissais pas mais je pense que je vais commencer à te suivre.
    htttp://blackbeauty-mode-tendance.eklablog.com
    Bises
    Deltreyicious

    Posté par deltreylicious, mercredi 15 janvier 2014 à 13:35 | | Répondre
Nouveau commentaire