nizzagirl - blog mode, blog beauté, site féminin

De la mode mais pas que...

jeudi 27 avril 2006

C’était le bon temps

ncAvant de vivre avec un individu du sexe opposé qui se trouve être mon chéri, je vivais avec ma meilleure amie. Elle était ma meilleure amie avant cette grande aventure, celle avec qui je faisais tout à Nice (surtout la fête !) et c’est ensemble que l’on a décidé de monter « à la capitale ». Maintenant on fait moins la fête mais on pleure ensemble sur le temps pourri et les affres de la vie parisienne, mais passons.
Donc, quand nous avons décidé de tenter l’expérience « Paris », on savait déjà que nous vivrions ensemble (à l’époque, chacune de nous vivait avec son homme) et qu’il faudrait effectuer des changements dans notre façon de vivre. Quand on a cherché un appart et que l’on a été confrontées à la dure réalité des loyers parisiens, on a vite compris que l’on avait un choix à faire : soit vivre dans un trois pièces dans un arrondissement pas glamour du tout, soit vivre dans un deux pièces dans les beaux quartiers. Etant entendu que le deux pièces devait être doté d'une baignoire et d’un chauffage à injection pour ne pas se sentir comme deux otaries hors de l’eau dans une atmosphère avoisinant péniblement les 18 degrés. Bref, on y est allé à fond dans le trip « niçoises qui aiment le confort et qui assument ».
On a trouvé un super deux pièces derrière le Bon Marché, refait à neuf, le rêve ! Il n’y avait qu’une chambre, que l’on partageait, et cela n’a jamais posé de problèmes. On est resté un an dans cet appart, après on a migré en plein cœur du 6ème, à deux pas de la rue du Four. C’était aussi un deux pièces et là encore, aucun problème.
Notre coloc’ a duré 3 ans, sans un souci, sans une dispute. Elle a fait rêvé pas mal de monde autour de nous, tellement tout paraissait simple. Et pourtant, nous sommes loin d’être d’être des « copié-collé » l’une de l’autre ! Je suis maniaque, elle est bordélique, je fais d’énormes grasses matinées, elle se réveille à l’aube.. Quand on nous demandait pourquoi ça marchait, nous donnions nos règles de vie commune auxquelles nous n’avons jamais dérogé :
- Jamais d’arrivées impromptues avec copains-copines sans prévenir l’autre : rien de plus chiant que la copine qui débarque accompagnée alors que vous êtes vautrée sur le canapé en pyjama.
- Pas de petits copains qui restent dormir à la maison : on partait du principes que nous ne fréquentions pas de SDF.
- Chacune ses corvées : la seule qui était commune, c’était la lessive, on n'allait pas commencer à trier nos strings avant de faire tourner une machine.
- On ne vivait pas avec une calculette dans la tête : pas de plans « c’est moi qui ai acheté le camembert la dernière fois, c’est ton tour », ou « T’as mangé 3 yaourts et moi un seul ! », on bossait, on gagnait notre vie, zut, on n'allait pas se prendre la tête pour un flamby ! Je ne supporte pas les gens qui comptent et elle non plus ! Tout ce que l’on achetait était à toutes les deux : bouffe, cosméto, fringues, etc…
- On n’appellait pas l’autre à 20 heures pour la prévenir qu’on ne rentrait pas. Si une de nous sortait, elle en avait informé l’autre au moins la veille pour qu’elle s’organise aussi. Chez moi on appelle ça le minimum syndical de la bonne éducation. Ça tombait bien, elle a eu la même.

On a passé les plus belles années de notre vie de cette façon... au grand dam de nos hommes à qui on le répète souvent, les pauvres ! Mais la coloc est-elle vraiment idéale pour tout le monde ?

Posté par nizzagirl_nadia à 13:54 - Humeurs - Commentaires [24] - Permalien [#]

720 x 300-FR

Commentaires sur C’était le bon temps

    Je connaissais déjà l'histoire mais elle est encore plus jolie par écrit

    Pour moi, la colloque serait impossible je pense. D'abord parce que ma meilleure amie est super chiante (autant que moi je pense), et ensuite, parce qu'ayant été en pension pendant plus de 7 ans, j'estime que j'ai donné dans le partage. Et puis les gens, même parmi mes amis, peuvent être chiants, quelle que soit leur éducation. Mais je ne peux nier que ça doit être plaisant, pour partager les fringues, les gloss et autres éléments indispensables

    Ma solution ? Je vis à deux pas d'une de mes meilleures amies. On pioche sans problème allégrement dans l'armoire de l'une et de l'autre,elle est bien élevée, comme moi, généreuse, comme moi, et altruiste, comme moi (mes chevilles vous saluent). Un bonheur donc.

    Posté par deedee, jeudi 27 avril 2006 à 16:47 | | Répondre
  • alors pour etre en coloc actuellement, c'est cool mais j'ai hate d'avoir mon appart a moi!
    la pour le moment les corvees sont pas superbement reparties ben voila ca commence a me saouler mais je le fais au moins pour moi c'est ce que je me dis! mais franchement je preferai avoir mon propre appart avec mon bordel!

    Posté par Esme, jeudi 27 avril 2006 à 17:17 | | Répondre
  • Je t'accorde que le prêt de gloss est un des gros avantages de la colloc'!
    Cela dit, j'ai vu des amies presque s'entre-déchirer en passant de l'amitié à la colloc. Le truc qd on vit avec son amie, c'est qu'il ne faut pas avoir peur de dire les trucs, sinon on subit et c'est l'horreur! Généralement les pbs surviennent avec les mecs si une seule des deux veut garder son cocon "boudoir de filles". Nous on a jamais laissé nos mecs empiéter : ils ne venaient que si ils y étaient invité...

    Posté par Nadia, jeudi 27 avril 2006 à 17:18 | | Répondre
  • Je te comprends Esme, c'est bien de se retrouver chez soi avec soi-même. La colloc m'a "des-appris" à vivre seule alors qu'avant ce n'était pas un pb. Passer deux jours seule chez moi ne me dérangeait pas, maintenant, c'est plus possible!

    Posté par Nadia, jeudi 27 avril 2006 à 17:20 | | Répondre
  • ben meme avec ma coloc qui n'est pas une copine ok? j'ai besoin d'etre seule! heureusement chacune a sa chambre sinon j'aurais jamais mais jamais acceptée

    Posté par Esme, jeudi 27 avril 2006 à 17:24 | | Répondre
  • C'est là toute la différence en fait : une colloc avec sa meilleure amie et une colloc avec une "étrangère"...

    Posté par Nadia, jeudi 27 avril 2006 à 17:33 | | Répondre
  • moi je suis en colloc avec ma soeur...
    avantages: on se connait par coeur et on a déjà expérimenté la vie en collectivité pendant 20 ans.
    défauts: j'en ai pas trouvé...

    Posté par Laurène, jeudi 27 avril 2006 à 18:15 | | Répondre
  • Pourtant ça ne doit pas être évident avec sa propre soeur, on doit avoir tendance à faire moins attention à certaines choses...Mais je trouve ça génial les collocs de soeurs!

    Posté par Nadia, jeudi 27 avril 2006 à 18:41 | | Répondre
  • Euh..

    "Range ta chambre ou j't emmene chez le psy..."
    Ca te dirait de vivre avec moi?!! )

    Biz

    Posté par Farah, jeudi 27 avril 2006 à 18:48 | | Répondre
  • Plutôt mourir. C'est ce que j'ai toujours pensé, et je le pense encore

    Posté par Hélène, jeudi 27 avril 2006 à 20:40 | | Répondre
  • J'ai fait la même, colocation avec une copine, pendant 4 ans.....ça s'est très très bien passé! Je ne sais pas si j'aurais aimé la coloc avec une inconnue (mais vu que je suis naïve et que je trouve tout le monde beau et gentil, sûrement que si!). J'ai aussi fait des "stages de coloc" avec mon frère, d'autres amies, un ami SDF (seule très bad trip), et c'était toujours cool!

    Je pense qu'il est important de définir des règles dès le début en colocation, de communiquer en cas de problème, et surotut, d'être zeeeeeeeen!

    Posté par Charisma, vendredi 28 avril 2006 à 09:17 | | Répondre
  • PS

    La coloc de 4 ans (en F2 aussi, mais une dans la mezzanine dans le salon, et une dans la chambre), s'ets en fait dégradée du jour où ma coloc a rencontré son futur mari, et à 3 dans un F2, ça n'allait plus. Du tout.

    Mais 3 mois après, quand ils sont partis dans leur chez-eux, ça a été beaucoup mieux!

    Posté par Charisma, vendredi 28 avril 2006 à 09:19 | | Répondre
  • Elle est Jolie ton histoire Nadia.
    Je suis aussi touchée par le com. de Laurène .. c'est joli !

    Moi je suis comme Hélène, je crois que j'aurais pas trop aimé ...
    Besoin de m'isoler quand j'en ai envie.
    La seule colloc que je supporte finalement c'est mon amoureux et nos trois monstres ... !!!

    Posté par Christèle, vendredi 28 avril 2006 à 09:27 | | Répondre
  • Farah, je crois que tu peux commencer par le psy!

    C'est LA solution Charisma la communication, sinon l'atmosphère du 2 pièces devient vite irrespirable...Mais il ne faut pas avoir peur d'entendre des trucs pas sympas! Et le coup du copain de la copine qui s'incruste c'était hors de question, c'est pour ça que la règle du "pas de mec à la maison" a été édictée avant et qu'elle a été suivie à la lettre.

    Hélène et Christèle, je comprends vos réticences, et c'est pour ça qu'il ne faut pas tenter ce genre d'expérience si on ne le "sent" pas : le résultat peut être vraiment catastrophique!

    Posté par Nadia, vendredi 28 avril 2006 à 09:41 | | Répondre
  • euh mais des fois tu n'as pas le choix aussi Nadia!

    Posté par Esme, vendredi 28 avril 2006 à 11:14 | | Répondre
  • ah, la coloc...

    j'ai expérimenté plusieurs versions de la coloc, qui n'ont pas eu le même succès...
    - le partage de chambre avec une copine qui ne l'est pas restée (ma copine), nous avions un cadre, avec des règles et ça n'a pas franchement fonctionné, en partie à cause de l'absence d'espace personnel et surtout à cause de son caractère très particulier (on croit connaître les gens...)

    - le partage de cuisine et salle de bains avec une copine de promo et un inconnu, chacun sa chambre, chacun son rythme, on ne faisait que se croiser. RAS.

    - le partage de maison avec un inconnu, sans avoir établi de règles parce qu'on avait la flemme. ça s'est très très bien passé, en bonne intelligence, avec respect, savoir vivre et bonne éducation. la maison était suffisamment immense pour que chacun ait largement son intimité... finalement nous avons bien sympathisé et fait quelques sorties ensemble. (on s'est perdus de vue par la suite)

    - le partage d'appart avec mon homme, presque une autre forme de colocation ? ;o))))

    ma conclusion personnelle : ça peut être une expérience intéressante et une bonne solution pour le budget quand on est étudiant, quand on est pas très riche, quand on arrive dans une ville où on ne connait personne... deux conditions pour que ça marche : 1) avoir chacun sa chambre (vital, à mon avis) 2) vivre ensemble intelligemment (cf Nadia et son amie) si on est bien élevé ou alors se fixer des règles de vie commune (et s'y tenir !)

    Posté par Anne Cé, vendredi 28 avril 2006 à 11:34 | | Répondre
  • C'est tout à fait ça Anne Cé: soit on opte pour l'espace qui limite qd même la promiscuité, soit on vit avec qq'un que l'on connait très bien et à qui l'on peut dire : "non, ton mec ne dors pas là, t'as un hotel à côté" "ou tu fais vraiment ch....", avec le sourire et que ça passe. J'ai vécu tous ces cas de figures sans pb.
    Et je suis d'accord avec toi : vivre avec son homme est une autre forme de colocation!

    Je comprends Esme que partager un appart est souvent une obligation financière et que l'on ne choisit pas toujours sa-coloc mais mon cas rélève plus du choix et de l'envie surtout.

    Posté par Nadia, vendredi 28 avril 2006 à 12:06 | | Répondre
  • No way José !

    Alors la colloc', pour moi, c'est NIET ! voilà, comme ça, c'est assez clair ?
    Et je parle d'expérience, puisque j'ai eu le privilège de partager un appart avec des colloc' américains quand je suis partie en stage à new-york.
    Un vrai régal ! Que dis-je... une expérience sociologique à temps plein. Je ne regrette absoluement rien de cette période, si ce n'est qu'elle m'a vaccinée à jamais contre les tentatives de partage d'appart.
    Mais ça vaudrait le coup que je vous raconte ça, à l'occasion, parce que j'avais halluciné à plusieurs reprises !!! (Nadia, tu me permets de rebondir sur ton thème pour écrire un billet à ce sujet ?)

    Posté par Katia, vendredi 28 avril 2006 à 12:46 | | Répondre
  • Mais oui Katia, raconte-nous tout!

    Posté par Nadia, vendredi 28 avril 2006 à 13:56 | | Répondre
  • raconte katia !

    Posté par deedee, vendredi 28 avril 2006 à 17:21 | | Répondre
  • J'ai sans doute eu de la chance, mais mon expérience de la coloc' a été fantastique! Peut-être aussi grâce au fait que je suis fille unique, et que me retrouver entourée de plein de gens de mon âge correspondait à une envie et à un besoin réel, mes trois années d'études en Italie ont été un vrai bonheur. Complètement l'ambiance du film "l'Auberge espagnole": huit jeunes dans une maison avec cinq chambres, beaucoup de fou-rires, de complicité et de solidarité, quelques disputes mais jamais graves, et une vraie découverte de cultures et de mentalités différentes... en plus, j'y ai rencontré mon futur mari! )

    Posté par V., vendredi 28 avril 2006 à 21:51 | | Répondre
  • C'est chouette qd une coloc se passe comme ça. Le film a fait rêver bcp de monde mais ça n'est pas si facile à vivre en vrai...Il faut une sacrée dose de patience!

    Posté par Nadia, mardi 2 mai 2006 à 09:33 | | Répondre
  • Je me suis retrouver danseton article. Je viens de nice aussi et avec ma meilleure amie on a décidées de partir habiter à Londres. Vue les loyers trop cher, on partage la même chambre depuis 7 mois et tout ce passe à merveille. On a aussi ce genre de régle de vie ( tout ce qu'on achéte est pour nous 2, peu importe qui paye!)... donc oui, je suis pour la coloc!

    Posté par So, jeudi 4 mai 2006 à 20:34 | | Répondre
  • Je sais. J'ai toujours un train de retard et en plus ça n'a rien à voir avec le sujet. Mais je tenais simplement à dire que j'avais la meilleure amie du monde (sauf quand elle s'essayait au brushing de défilé revisité, sur mes cheveux! avant un date) et que la coloc avec elle c'était top. Nadia, je t 'adore!!!!!!

    Posté par caro, vendredi 5 mai 2006 à 14:53 | | Répondre
Nouveau commentaire